top of page

Pénurie de ressources : comment le capitalisme a épuisé les richesses de la Terre


Pénurie de ressources : comment le capitalisme a épuisé les richesses de la Terre
L’épuisement des ressources naturelles dû au capitalisme axé sur le profit est une préoccupation croissante depuis des décennies. L’exploitation des ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz, le charbon et les minéraux a entraîné une dégradation de l’environnement, une pollution et un changement climatique. Cet article explore l'impact du capitalisme sur l'environnement et l'économie et met en évidence les conséquences de la pénurie de ressources sur le développement économique futur.


Pénurie des ressources naturelles dû au capitalisme axé sur le profit


Le capitalisme a conduit à l’épuisement des ressources naturelles dans le monde entier. Les entreprises ont exploité ces ressources à des fins lucratives sans tenir compte de leur impact à long terme sur l’environnement. Par exemple, les compagnies pétrolières ont foré dans des zones écologiquement sensibles, entraînant des marées noires et des catastrophes environnementales. Les sociétés minières ont extrait des minéraux de la terre sans tenir compte de leur impact sur les communautés et les écosystèmes locaux.

Selon un rapport du Guardian, l’économie n’a pas pris en compte l’épuisement rapide du monde naturel. Le rapport exhorte les gouvernements du monde entier à proposer une forme de comptabilité nationale différente du PIB et à en utiliser une qui intègre l’épuisement des ressources naturelles. L’étude indique que deux conférences des Nations Unies cette année – sur la biodiversité et le changement climatique – ont fourni l’opportunité à la communauté internationale de repenser une approche qui a vu une chute de 40 % des stocks de capital naturel par habitant entre 1992 et 2014.


Conséquences de la rareté des ressources sur le développement économique futur

Rareté des ressources

Selon un rapport du Boston Consulting Group, la demande de ressources liées au développement durable dépassera bientôt l'offre dans certains secteurs. Le rapport exhorte les gouvernements du monde entier à proposer une forme de comptabilité nationale différente du PIB et à en utiliser une qui intègre l’épuisement des ressources naturelles. L’étude indique que deux conférences des Nations Unies cette année – sur la biodiversité et le changement climatique – ont fourni l’opportunité à la communauté internationale de repenser une approche qui a vu une chute de 40 % des stocks de capital naturel par habitant entre 1992 et 2014.


En outre, la rareté des ressources peut entraîner une instabilité économique et affecter le développement économique futur. Selon l’UNICEF, quatre milliards de personnes, soit près des deux tiers de la population mondiale, souffrent d’une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois chaque année. Plus de deux milliards de personnes vivent dans des pays où l’approvisionnement en eau est insuffisant. La moitié de la population mondiale pourrait vivre dans des zones confrontées à une pénurie d’eau d’ici 2025.


Capitalisme social : une nouvelle direction pour une entreprise durable


Le capitalisme social est une nouvelle direction pour les entreprises durables qui équilibre la durabilité environnementale, la responsabilité sociale et les profits. Il valorise explicitement toutes les formes de capital, y compris le capital social, le capital humain et le capital naturel. Au lieu de maximiser le profit pour les 1 %, cela implique la maximisation du profit pour l’ensemble de la société.

Le capitalisme social peut contribuer à remédier à la rareté des ressources en promouvant des pratiques commerciales durables qui tiennent compte de l’impact à long terme sur l’environnement. Les entreprises qui adoptent les principes du capitalisme social peuvent réduire leur empreinte carbone, minimiser leurs déchets et promouvoir la responsabilité sociale.

Parmi les exemples d'entreprises qui ont adopté les principes du capitalisme social, citons Patagonia 3, qui s'est engagée à utiliser uniquement du coton biologique dans ses produits d'ici 2025. L'entreprise reverse également 1 % de ses ventes à des causes environnementales. Un autre exemple est Ben & Jerry's, qui s'est engagé à n'utiliser que des ingrédients certifiés Fairtrade dans ses produits.


La vision du capitalisme social


Le capitalisme social offre une voie alternative. Ancré dans les principes d’équilibre entre profit et responsabilité sociale et environnementale, il cherche à créer un système économique plus équitable et plus durable. Dans un cadre social-capitaliste, les entreprises considèrent non seulement leurs résultats financiers, mais également leur impact sur la société et la planète.


Cette approche encourage les entreprises à adopter des pratiques durables, à investir dans les énergies renouvelables, à réduire les déchets et à adopter des économies circulaires. Il promeut des pratiques de travail équitables, respecte les droits de l'homme et soutient les communautés. Le capitalisme social envisage un monde dans lequel les entreprises sont une force du bien, travaillant en collaboration vers des objectifs communs.


Fondation Eud : un capitalisme social pionnier

Fondation Eud : un capitalisme social pionnier

La Fondation Eud est l’une des communautés pionnières du capitalisme social. Avec un réseau mondial de plus de 500 000 membres, nous sommes à l’avant-garde de ce mouvement transformateur. Notre communauté favorise la collaboration, fournit du capital, partage son expertise et connecte les entreprises pour créer un monde durable et prospère.


Rejoignez le mouvement


L’épuisement des richesses de la Terre dû au capitalisme orienté vers le profit est une dure réalité à laquelle nous devons faire face. Les conséquences de cet épuisement affectent déjà les économies, les écosystèmes et les sociétés. Le capitalisme social offre une voie à suivre, une voie qui harmonise la réussite économique avec la responsabilité sociale et environnementale.


Rejoignez la Fondation Eud aujourd'hui et faites partie du mouvement du capitalisme social. Ensemble, nous pouvons construire un monde plus durable et plus équitable. Pour en savoir plus sur le capitalisme social, visitez la communauté de la Fondation Eud.





4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page